lundi 18 juillet 2011

Tourisme : 15 concepts d'entreprise originaux


Diadao partage cet article depuis le site www.journaldunet.com

Que ce soit en exploitant un marché de niche ou en innovant pour se démarquer de la concurrence, des entrepreneurs du secteur du tourisme n'hésitent pas à investir dans des concepts d'entreprise originaux voire insolites. Tous tiennent une idée qui marche et qui a fait ses preuves.
Comme quoi, sur un marché estimé à 41,6 milliards d'euros en France par le Conseil national du tourisme, il y a des places à prendre et des fortunes à faire.


Découvrez 15 concepts d'entreprises dans le secteur du tourisme originales qui cartonnent.


L'originalité en affaires, parfois cela peut rapporter. © Photomontage JDN / Pierre brillot - Fotolia.com

Carré d'étoile propose des nuits à la belle étoile, mais au chaud

Ces modules permettent d'observer les étoiles.© Carré d'étoile

Spécialiste des hébergements insolites déclinables, la société française Bocages a mis au point en 2009 une nouvelle offre, Carré d'étoile. Il s'agit de petits modules de 9 m² avec tout le confort nécessaire pour héberger 2 ou 4 personnes... à la belle étoile, ou presque. En effet, ces bungalows ont la particularité de disposer sur leur fait d'un hublot et de lunettes télescopiques pour observer les étoiles. Un luxe très apprécié des citadins. Bocages commercialise ses modules auprès des campings et autres parcs spécialisés dans le camping de plein air.
Ses promoteurs proposent une telle installation pour 30 900 euros pièce, livrée équipée et prête à l'emploi. Selon eux, les Carrés d'Etoiles offrent un rendement exceptionnel, allant de 20% minimum dès la première année d'exploitation, à plus de 30% les années suivantes grâce à un prix moyen de 90 € pour une nuitée petit déjeuner compris. En 2009, cette activité représentait près de 10% du chiffre d'affaires de Bocages (3,6 millions d'euros).

Meeting the french, une agence de voyage réceptive

Cette agence de voyage propose de découvrir la France au contact des Français. © Andres Rodriguez - Fotolia.com

Meeting the French surfe sur une tendance touristique qui a émergé cette dernière décennie. Les touristes veulent de l'authenticité et des contacts humains ? Qu'à cela ne tienne. Depuis 2005, cette agence de voyage française a investi le créneau en proposant de découvrir la France au contact des Français. En plus de proposer une sélection de chambres d'hôtes parisiennes, Meeting the French organise des rencontres entre Français et étrangers le temps d'un dîner ou d'un déjeuner.
L'agence s'occupe de recouper centre d'intérêts et désirs gastronomiques. Elle va même plus loin et propose aussi à ses clients de partir à la rencontre d'artisans boulangers, chocolatiers ou de visiter un marché avec un expert culinaire. Autant de services qui doivent permettre aux touristes de découvrir la vie des Français et pas seulement leurs monuments.

Avec Aguila, les touristes apprennent à prendre des photos

Des groupes de 3 à 10 voyageurs sont accompagnés par un photographe professionnel.© Tetiana Zbrodko - Fotolia.com

Les amateurs de photo adorent mitrailler paysages et scènes de vie lors de leurs voyages. Mais au retour, les tirages ne sont pas toujours à la hauteur de leurs espérances. Une déconvenue qu'Aguila permet désormais de corriger. En se positionnant sur ce créneau affinitaire dès 2006, cette agence de voyage française a développé une offre pour les fous de photos.
Avec une quinzaine de destinations en France et une vingtaine à l'international au catalogue, Aguila propose à ses clients de les emmener dans les plus beaux endroits pour perfectionner leur technique. Concrètement, chaque groupe de 3 à 10 voyageurs est accompagné pendant le séjour d'un photographe professionnel qui livre trucs et astuces pendant les prises de vue, critique le travail et aide aux tirages. En moins de deux ans, Aguila a doublé son activité avec ce business. En 2010, elle a réalisé 624 000 euros de chiffre d'affaires.

Un lit au pré réinvente les vacances à la ferme

Son réseau compte déjà 7 fermes dans l'Hexagone. © Un Lit au Pré

Lancé en 2003, Un Lit au pré est en passe de s'imposer comme un opérateur de référence dans le domaine du camping original. Son concept ? Des tentes luxueuses sans électricité, ni téléphone ni télévision, plantées au beau milieu d'une exploitation agricole.
Ces vacances à la ferme font un tabac. "Nous avons des prévisions de 95% de taux d'occupation pour cet été," s'enthousiasme son fondateur, Guillaume Wibaux. Présent en France, en Grande Bretagne et en Hollande, sa société vend aux touristes des vacances authentiques avec cuisson du pain, recherche des œufs au poulailler et légumes dans le cellier. Son réseau compte déjà 7 fermes dans l'Hexagone. Concrètement, 30% du chiffre d'affaires des fermes sont reversés aux agriculteurs hôtes soit près de 20 000 euros par an. Un Lit au Pré devrait réaliser 5 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2011.

Ictus voyages fait voyager les touristes en quête de sens

L'agence revendique un panier moyen par client de 1 200 euros. © Yevgenia Gorbulsky - Fotolia.com

C'est au retour d'un long périple à travers l'Asie qui l'avait mené jusqu'à Mère Teresa à Calcutta que Thierry Sanson a imaginé une agence de voyages d'un nouveau genre. Et en 1998, il fonde Ictus voyages pour proposer des séjours qui privilégient autant l'expérience spirituelle que les rencontres.
A son catalogue, des pèlerinages en terre sainte, des marches dans le désert du Sinaï ou bien des rencontres aux sources de la spiritualité orientales au Liban. "Les gens sont de plus en plus en quête de sens", témoigne-t-il. Aussi propose-t-il aussi des voyages avec des conférenciers, des biblistes, des prêtres, des pasteurs, des théologiens ou encore des historiens ou des spécialistes du jeûne. Histoire de découvrir des destinations tout en s'enrichissant intellectuellement et spirituellement.  Un bon créneau, puisque son activité progresse tous les ans (4 millions d'euros de chiffre d'affaires). L'année dernière, il a transporté 3 500 personnes.

Le vélo voyageur fait découvrir les régions de France à bicyclette

L'entreprise a réalisé 50 000 euros de chiffre d'affaires en trois mois d'activité. © Demid - Fotolia.com

Comment faire d'une passion une idée de boite ? Demandez à Eugénie Triebel et Bérangère Florin. Ces deux jeunes femmes ont longé le Danube à vélo pendant 2 200 kilomètres. "Nous en sommes revenues avec l'intime conviction que le voyage à vélo était le meilleur moyen de découvrir une région", raconte Bérangère Florin. Et de cette expérience est né Le vélo voyageur, une entreprise qui propose des randonnées à vélo, guidées ou en liberté dans les plus belles régions françaises. Une véritable agence de voyages qui propose aussi des hébergements de charme et des activités insolites sur les parcours comme la visite d'atelier d'artisan.
L'offre du Vélo voyageur comprend 16 séjours différents. Pour ses trois premiers mois d'activité, l'entreprise a réalisé 50 000 euros de chiffre d'affaires. Et les deux compères envisagent de développer des parcours en Europe et d'étendre leur offre aux entreprises.

Reise in Leben s'adresse aux clients endeuillés

Ces voyages prévoient des temps de réflexion.© Michael Gray - Fotolia.com

La tendance actuelle du tourisme est de ne négliger aucune niche de marché. TUI, le tour opérateur allemand l'a bien compris. Depuis le début de l'année il a lancé une agence de voyage dédié aux veufs et veuves, et plus généralement à toutes les personnes endeuillées, Reise in Leben. Pour crédibiliser son offre, la société s'est attaché les services d'un expert en la matière, Roth Fritz, un spécialiste reconnu du coaching pour veufs.
Ses "voyages de retour vers la vie" se font en groupe, au  Portugal, en Espagne ou en Grèce.  La matinée est consacrée à la réflexion et les après-midi sont destinés à reprendre goût à la vie en allant à la plage ou au musée. Les soirées sont orientées vers les petits plaisirs, comme les bons repas ou l'écoute de la musique. Tous les participants à ces voyages partagent la même peine. Il est donc d'autant plus aisé de nouer contact.

Single Family vise les loisirs pour les familles monoparentales

Une famille sur cinq serait monoparentale.© Franck Diapo - Fotolia.com

Tous les parents seuls vous le diront : difficile pour eux de sortir sans leurs enfants sans passer pour des parents indignes. C'est en partant de ce constat qu'Anissa Madouri, 25 ans, a eu l'idée de créer Single Family, une entreprise à mi-chemin entre une agence matrimoniale et un opérateur touristique. Futuroscope, balade en vélo, journée paintball, spectacle de magie, visite du musée des arts forains, et ateliers cuisine... Voilà ce que propose Single Family, installée à Paris. Autant d'activités qui permettent non seulement aux enfants de s'amuser et aux parents de partager des moments de complicités familiales... tout en nouant des échanges avec des personnes dans la même situation.
Pour mémoire, en France, une famille sur cinq serait monoparentale. Un vrai gisement en termes de business.

La cabane en l'air a atteint des sommets de popularité

Les campings s'arrachent cet habitat insolite.© free_photo - Fotolia.com

Le Baron Perché, ce héros de l'écrivain Italo Calvino qui avait décidé de passer sa vie dans les arbres cautionnerait volontiers le business d'Arnaud de La Chesnais. En effet, depuis 2003, ce Breton a développé avec succès un business autour d'un concept d'hébergement insolite : les cabanes dans les arbres. En testant cette offre dans le domaine de ses parents, il a tout de suite identifié le potentiel de cet habitat.
Depuis, il ne se contente pas d'exploiter une dizaine de cabanes pour son compte, mais d'équiper des dizaines de sites à travers la France, sous la bannière de sa centrale de réservation, La cabane en l'air. Pour 30 000 euros en moyenne pour un habitacle sur mesure, ce quadragénaire a déjà vendu près d'une centaine de cabanes en France. Et comme il n'est jamais à court d'idées, il propose depuis peu des cabanes flottantes, baptisées La Dérive.

Jaimeattendre.com renseigne sur l'affluence des sites touristiques

Le service est en partie financée par la vente de billets. © Thorsten - Fotolia.com

Quoi de plus frustrant pour un touriste que de faire la queue ? C'est de cette angoisse des visiteurs les plus prudents qu'est née l'idée d'Emmanuel Alquier de créer le site jaimeattendre.com. Un site Internet qui propose des tableaux de fréquentation des plus grands monuments de France indiquant leurs pics de fréquentation et les meilleurs moments pour s'y rendre. Un service original que le jeune entrepreneur finance grâce aux commissions qu'il prélève sur la vente de billets pour l'entrée de ces sites touristiques. Bien vu.
Si l'activité n'en est encore qu'à ses débuts elle semble prometteuse puisque J'aime attendre devrait annoncer une levée de fonds dans quelques semaines.

L'Auberge des Voyajoueurs pour séduire les grands enfants

L'auberge dispose aussi d'une bibliothèque entièrement consacrée à l'univers du jeu.© Laure.C - Fotolia.com

A deux pas de la forêt de Brocéliande, en Bretagne, Anne-Sophie Hochet a ouvert en 2008 une auberge pas comme les autres. En effet, son Auberge des Voyajoueurs décline son offre hôtelière autour du très fédérateur thème du jeu. Ses clients peuvent s'adonner le temps d'un week-end ou plus aux joies de plus de 400 jeux de société. On y trouve d'antiques jeux des cinq continents, mais aussi des jeux de société, de stratégie, d'encerclement mais aussi une salle dédiée à la Wii. Bref, un paradis pour les amateurs du genre. 
L'auberge a ajouté également des services de randonnée avec scénarios et mise en scène, et dispose même d'une bibliothèque entièrement consacrée à l'univers du jeu. Les dix chambres du complexe sont proposées entre 60 et 90 euros la nuit. Un abonnement permet de venir jouer sans dormir.

Paris Trikkes décline un nouveau moyen de transport pour découvrir Paris
La conduite est à mi-chemin entre la trotinette et le ski. © Capture d'écran du site paristrikkes.com, le 6 juillet 2011.

Marre de marcher pour visiter Paris ? La société Paris Trikkes a lancé début de l'année 2010 un service original de découverte de la capitale. Il s'agit en fait de tour guidé personnalisé avec un trikke, un petit engin électrique qui s'apparente à une trottinette à trois roues. Son fondateur Guy Boissière fait le guide des plus beaux endroits de la ville à bord de cet engin dont la conduite est à mi-chemin entre le ski et la trottinette. 
Comptez entre 29 et 49 euros pour une ou deux heures de visites qui vous feront découvrir 10 ou 20 monuments parisiens. La société loue également ces engins 30 euros de l'heure. Une façon de découvrir de façon ludique le patrimoine, d'autant plus que les trikkes sont autorisés sur les trottoirs et les pistes cyclables.

Hi Matic, un hôtel self-service

Dans cet hôtel, on ne croise pas d'employé.© Hi Matic / Simon Bouisson

Depuis juin 2011, un nouvel hôtel est venu enrichir l'offre hôtelière de la capitale française avec Hi Matic. Un hôtel d'un nouveau genre. En effet, ici, mis à part un concierge à l'accueil, on ne croise personne d'autres que les clients des lieux. Il n'y a pas d'employé. Tout ou presque se fait automatiquement. Hi Matic revendique être un "nouveau concept d'éco-logis urbain".
Concrètement, les 46 chambres de cet hôtel sont modulables grâce à la simplicité et l'ingéniosité de son mobilier. Les clients y entrent avec un code fourni avec leur réservation en ligne. Car ici, tout est automatique ou se fait par Internet. Ainsi pour se restaurer : point de restaurant, mais une grande table commune. Si les clients ont faim ou soif, il y a un immense distributeur de plats bios, de boissons, de livres, de cd ou de brosses à dents. La nuit est assez chère, 130 euros, mais le concept d'e-hôtel pourrait faire des émules.

Les timbres vacances, une nouvelle façon d'épargner pour ses vacances

Ce concept concurrence directement les chèques vacnces et les box. © VTV

VTV, pour Voyager avec les Timbres Vacances, souhaite mettre en place d'ici quelques semaines un service innovant à destination des particuliers pour financer leurs vacances. Comment ? En les faisant épargner grâce à la vente de timbres physiques ou dématérialisés.
L'objectif de son dirigeant, Chhuon Nghi Ung, est simple : proposer une alternative aux chèques vacances et aux crédits. Particuliers, CE et entreprises achèteront ces timbres qui viendront enrichir un compte personnel tenu par VTV. "Ils viendront compléter l'achat d'un séjour chez un voyagiste", explique Chhuon Nghi Ung qui a déposé son concept à l'INPI et dont les recettes proviendront d'une commission prélevée auprès des voyagistes. Avantage de ce concept par rapport aux box et aux chèques vacances, ces timbres ne sont pas nominatifs, ils seront valables 3 ans et renouvelables.

Oops !, une auberge pour les routards au portefeuille bien garni

Le routard raffiné détient un portefeuille mieux garni et recherche davantage de confort. © Michel Bazin - Fotolia.com

Dans la bouche des routards, les auberges trainent deux réputations : elles ne sont pas chères... mais question confort et propreté, ce n'est pas la panacée. Et avec l'apparition des flashpacker, une terminologie anglo-saxonne pour désigner des routards sophistiqués ou bien raffinés, l'offre en la matière se devait d'évoluer. Car le routard raffiné détient un portefeuille mieux garni et il recherche davantage de confort que son homologue au budget plus serré.
C'est cette niche de clientèle que tente de séduire depuis 2007 Oops ! Hostel, une auberge parisienne. L'établissement marie confort moderne et look très contemporain. Les clients peuvent y dormir en dortoir, moyennant 30 euros la nuit, ou en chambre individuelle. Le décor est les services sont réduits au minimum. Et ça marche. En 2009, Oops ! Hostel a réalisé 750 000 euros de chiffre d'affaires et 156 573 euros de résultat net.