mercredi 1 juin 2011

E-réputation en danger: le business des faux avis de clients d’hôtels


Jean-Pierre Nadir est le fondateur d’Easyvoyage, comparateur de voyages en ligne. Dans le cadre de son activité, il a pu comprendre les mécanismes du Web 2.0, c'est-à-dire les commentaires des voyageurs et clients d’hôtels. Selon Jean-Pierre Nadir, les sites marchands d’hôtels s’offrent de faux avis, à un prix unitaire compris entre 2 et 10€…




Depuis l’avènement du web communautaire et des réseaux sociaux, le simple consommateur a pris - et très rapidement sur la toile où la diffusion de l’information est mondiale, instantanée et sans limite de temps – un rôle de prescripteur, voire d’analyste. 

Des sociétés se sont spécialisées dans la vente de faux avis, en délocalisant la « production » des textes mensongers en Inde ou à Madagascar. Ces actes de concurrence déloyale ne se bornent pas au secteur de l’hôtellerie mais s’étendent à tous les domaines de consommation pour lesquels le Web 2.0 a pris une influence signifiante sur le processus d’achat. Ainsi, Jean-Pierre Nadir annonce que des barèmes tarifaires sont déjà en place, allant de 2 à 10€ l’avis, tel une prestation lambda

Heureusement, ce vent de fraude ne dupe pas tous les consommateurs dont la majorité sont conscients de l’existence de ces faux avis, et que l’expérience personnelle prévaut sur tous les discours rapportés !

Depuis janvier dernier, le secrétaire d’Etat en charge du Tourisme Frédéric Lefèbvre a pris des mesures d’enquête auprès de la DGCCRF. (cf: notre article du 18 Mai dernier).

Au front, des sites influents réagissent ! 
Jean-Pierre Nadir propose par exemple la mise en place d’une charte d’engagement sur :
- le refus de l’anonymat, 
- les avis ne doivent pas être soumis à rétribution financière
- la suppression d’avis anciens et non validés

Le site vinivi.com quant à lui propose la certification des avis grâce à une traçabilité depuis l’hôtel de séjour (cf: notre article du 4 Avril dernier).