vendredi 31 décembre 2010

Le Sofitel La Cloche décroche une cinquième étoile

Dijon (21) La Côte d’Or détient son deuxième hôtel 5 étoiles. Après le Relais Bernard Loiseau, c’est au Sofitel La Cloche de Dijon d’entrer dans le monde très fermé des établissements d’exception.

Attribuée en septembre dernier, mais inaugurée officiellement en novembre, la 5e étoile du Sofitel-La Cloche confère à l'établissement un positionnement stratégique à l'international.


© Fabrice Rambert
L’équipe de direction affirme n’avoir rien fait de particulier pour accéder à létoile, attribuée au Sofitel La Cloche de Dijon (21), qui devient ainsi le 2e établissement classé 5 étoiles en Côte-d’Or après le Relais Bernard Loiseau. Chaque année, de nombreux travaux sont entrepris au sein de l’hôtel : en 2009, plus d’1 M€ a été investi dans la rénovation du 5e étage et de ses 5 suites qui ont notamment été équipées de douches hammams. Avec ses 68 chambres, ses 15 suites et appartements de prestige sa quarantaine d’employés au service de la clientèle, le Sofitel La Cloche a donc passé avec succès l’audit préalable ouvrant la porte au classement 5 étoiles, 97 % des critères ayant été satisfaits.
D’autres espaces dans l’établissement ont également été repensés, comme les salles de réunion (domotique, éclairage spécifique, vidéoprojecteur…).

“Attirer la clientèle étrangère”
Cette récompense est le résultat d’une politique volontariste d’investissements, d’accueil et de services menée par les propriétaires de l’établissement, Patrick et Alain Jaquier et mise en œuvre par le directeur, Antoine Munoz. Ce dernier y voit un simple repositionnement qui a lavantage de nous aligner sur les standards internationaux et dattirer la clientèle étrangèreAvant de nuancer : lattribution de cette 5eétoile peut toutefois générer une certaine frilosité parmi le public français qui associe systématiquement ce type détablissement à un palace. Depuis la pose de la plaque étoilée sur la devanture de l’hôtel le 5 novembre dernier, une campagne de communication a donc été entreprise. « Il est nécessaire dexpliquer que les prix restent inchangés à lhôtel comme au restaurant, malgré cette nouvelle classification; au même titre que nos services et notre accueil qui restent les mêmes”, précise Antoine Munoz.